Les (petits) plaisirs #6

coffee-cup-bed-bedroom

Lire alors que l’orage gronde et la pluie tambourine sur les carreaux. Le dernier roman (ou presque car j’attends la sortie en poche de « La maison du lac ») qui me reste à lire de ma chère Kate Morton. Découvrir un univers, une atmosphère et être transportée. Un hamburger poulet – guacamole – mozzarella. Trinquer à nos trois ans. Acheter deux robes en soldes en espérant qu’elles m’iront une fois arrivées à bon port. Le masque à l’argile du dimanche matin et sentir sa peau toute douce après. Se dégourdir les jambes au bord du Rhin pour admirer le fleuve si haut qu’il recouvre même le banc sur lequel j’aime, l’été, m’asseoir pour lire au bord de l’eau. Admirer, malgré la foule de la saison touristique, les chutes qui se déchaînent comme rarement et qui couvrent toutes nos tentatives de conversations. Les tortillas improvisés pour déguster le reste du guacamole avec un rosé frais. Le plaisir non-coupable de la petite sieste. Cacher un peu les cernes en se maquillant et décider d’enfiler une jolie robe même pour rester à la maison. Déguster un thé sur le balcon et sourire en voyant les adorables chatons de nos voisins courir et jouer dans l’herbe. Retrouver Carrie, Miranda, Charlotte et Samantha avec l’envie subite de revoir, une fois de plus, l’intégrale de Sex and The City. Acheter une romance légère soldée à moins d’un euro sur Amazon. Recevoir la première robe et « ouf » elle me va et « ouf » elle est jolie. Profiter de la douceur du soir pour aller marcher un peu après le dîner, et se retrouver en pleine campagne à cinq minutes en voiture. L’odeur de l’herbe fraîchement coupée. Juillet et les vacances qui pointent le bout de leur nez. Avoir hâte de lui faire découvrir ce coin de Bretagne que j’aime tant.

Et puis, sentir son corps se remettre, évacuer la fatigue et se sentir bien.

source

L’odeur des pivoines

photo-1444116931890-dcede16aa2c3

Une jolie surprise qui toque à la porte, et mon regard surpris aux larmes de voir des fleurs m’être livrées. Le cœur qui sursaute en lisant la carte. L’odeur des pivoines qui font oublier celle de l’hôpital et qui fait flotter un air de printemps ensoleillé dans la chambre.

Le plaisir infini de l’eau chaude qui coule sur les épaules endolories.D’une bouillotte qui détend les muscles mis à mal par l’opération.

Sa présence, son attention, ses gestes. Savoir qu’il est là, que je peux me reposer sur lui, que je ne suis pas seule, mais aimée, entourée, épaulée.

Les messages de soutien, pour savoir comment je vais, qui étonnent parfois tant on ne les attendait pas. Comme le mail de cette maman d’élève. Votre présence, votre réconfort. Et ma mère, au bout du fil, si loin, mais si proche, quand des larmes de fatigue coulent sur mes joues et qu’elle me rassure avec sa douceur et ses mots.

Le croissant dégusté avec un thé bien chaud sur l’aire d’autoroute sur la route du retour pour reprendre des forces, et le plaisir de retrouver ce goût français qui me manque trop souvent.

Rentrer chez soi, et retrouver son lit douillet après quatre jours d’hôpital. Enfiler une tenue confortable, legging et tee shirt large devenus l’uniforme de ces jours à la maison.

Un gommage corps tout doux de chez Avène. Mettre un peu de fond de teint pour atténuer les marques de fatigue et peindre à nouveau ses ongles en rouge. Regarder dans le miroir et aimer les reflets bruns-roux qui apparaissent çà et là et qui n’attendent que le soleil pour se révéler encore davantage.

Prendre le temps, s’écouter, se reposer, lire quelques pages, feuilleter des revues et découvrir des articles qui font sourire. Les mots de Célie dans Simple Things. Cet article de Flow sur ma librairie fétiche à Rouen.

Remplir des listes de livres à lire, toujours et encore. Commencer un nouveau roman, le dix-huitième de l’année et choisir un livre un peu léger pour ces journées de convalescence « Un doux pardon » de Lori Nelson Spielman.

Retrouver le plaisir de lire des blogs avec mon mug de thé ce matin. Lire les jolis mots sur la toile, et réorganiser un peu les flux de mes blogs fétiches pour en ajouter d’autres au fil des clics.

S’offrir une petite sieste après manger, sans culpabiliser, et sentir son corps se détendre peu à peu.

Les tomates-mozzarella-basilic, avec quelques tranches de jambon fumé, huile d’olive et vinaigre balsamique, comme un avant-goût de vacances.

Ce joli plateau qui me plairait beaucoup. Ce mug aussi, d’ailleurs.

Commencer à regarder Outlander et s’émerveiller devant les paysages écossais, l’esthétisme et l’atmosphère qui se dégagent de cette série. Savourer doucement les épisodes les uns après les autres. Et rêver encore plus d’un road-trip en Ecosse.

Le soleil qui fait quelques apparitions longtemps attendues et le sentir réchauffer mes joues quand je m’installe quelques instants sur le balcon.

Un vendredi encerclé dans le calendrier, et un anniversaire. Celui de nos trois ans, c’est si peu et tant à la fois.

Image : Annie Spratt 

Derrière mes silences

8abfa54c89579aafb3c58f9d9907beff

Derrière mes silences, il y a une introvertie qui préfère les petits groupes aux grandes tablées, les soirées simples et calmes aux beuveries endiablées. Qui aime se réfugier derrière un livre ou devant une série. Qui aime les soirées à deux, rien qu’à nous. Les sorties en petit comité, les amitiés moins nombreuses, mais plus sincères. Au fond, je suis toujours celle qui ne se sent jamais vraiment très à l’aise dans les grandes tablées, les groupes élargis, qui reste silencieuse quand les autres parlent si fort lors des repas de famille. Cette introversion, je l’ai trop longtemps porté comme un fardeau, elle m’a trop souvent gâchée la vie à l’adolescence et dans la vingtaine. Aujourd’hui, je l’ai apprivoisé, elle fait partie de moi. Me définit, en fait peut-être ma force. Elle fait de moi ce que je suis, tout simplement. Une fille simple, discrète et calme.

Derrière mes silences, il y a mes angoisses, mes peurs, mes moments de blues. Qu’il sait si bien les déceler, comme s’il lisait en moi, parce qu’il me connaît par cœur. Ces silences l’agacent, parfois. Lui qui dis les choses, toujours, qui n’évite pas les mots, les discussions, qui ne tait ni ne cache rien. C’est une des choses que j’aime le plus chez lui je crois. Parce que j’ai trop souffert et trop vu souffrir ma mère des silences de mon père. Alors, j’apprends à parler, à mettre des mots sur mes tourbillons intérieurs. Même si je sais que je serais toujours un peu fille-éponge, qui adsorbe, qui retient, et puis qui relâche tout.

Derrière mes silences, il y a quelque fois aussi ma peur du conflit, celle qui préfère éviter la confrontation, les mots durs. Bien souvent, je préfère me taire plutôt que de critiquer, de remettre quelqu’un à sa place, de lui dire que ce qu’il ou elle dit me semble stupide, que je ne suis simplement pas d’accord. C’est sans doute un peu lâche. Mais je préfère bien souvent ignorer que confronter.

Derrière mes silences, il y a mon manque d’inspiration, cette page blanche qui me nargue trop souvent. Ces mots que je trouve si beaux ailleurs et qui me font paraître les miens bien fades. Parfois, tout simplement, le manque d’envie, de temps aussi. Le manque de confiance aussi, qui paralyse, freine. L’impression de n’être pas assez, pas suffisamment. Hésiter, douter. Et préférer alors se taire.

Et puis, il y a les silences confortables, rassurants. Ceux de l’intimité partagée, du confort, de l’amour solide. Les moments qui n’ont pas besoin de mots pour être vus, vécus, savourés. Ne suffisent alors que des regards complices, des sourires, des mains entrelacées. Ces silences-là, je les savoure.

Et vous, que se cache-t-il derrière vos silences ? 

source de la photo

Une journée sur l’île de Mainau


Profitant d’un jour férié ensoleillé de mai, nous sommes partis à la découverte de l’île de Mainau sur le lac de Constance, en Allemagne à la frontière avec la Suisse. Elle appartient aux descendants de Bernadotte et donc à la famille royale de Suède, et les descendants ont d’ailleurs toujours une aile privée dans le château de l’île.

L’île de Mainau est surnommée « l’île aux fleurs » en raison de ses parcs et jardins fleuris et arborés. Le climat de l’île est en effet très propice au développement des arbres et fleurs et on y découvre donc un patchwork d’espèces, de couleurs, de senteurs. C’est vraiment un endroit magnifique où il fait bon déambuler au soleil. Partout, la nature, des couleurs, des odeurs de fleurs, et la vue toujours époustouflante du lac de Constance.

Au fil de la balade, nous avons découvert un arboretum avec, entre autres, quelques séquoias géants, des parterres de jonquilles colorées,des vignes,  des jardins aménagés, une serre aux papillons et même une mini-ferme avec chèvres et poneys pour les enfants ! On croise aussi quelques paons au détour d’un chemin. Bref, nous avons eu un vrai coup de cœur pour cette île, et nulle doute que nous y retournerons de temps en temps.

Pour finir, je ne peux donc que vous conseiller de venir passer quelques jours à Constance, le temps de découvrir Mainau, le lac et la ville (dont je suis un peu amoureuse je crois), mais aussi Meersburg.

En attendant, je vous emmène avec moi à la découverte de l’île aux fleurs. DSC00658

DSC00666 DSC00673 DSC00674

DSC00689DSC00702 DSC00706 DSC00707

Photos personnelles.

Une semaine (sans lui)

heart_of_the_sun_by_cloud_room

J’ai longtemps vécu seule. Et j’ai aimé ça, oui. Pas tout le temps, ni tous les jours. Mais, j’ai aussi aimé ces années là. Je ne sais pas si ça vient de mon caractère, du fait que je sois enfant unique aussi peut-être. J’ai aimé la liberté de pouvoir faire ce que je voulais, de pouvoir passer la journée en pyjama à regarder des séries, d’aller marcher avec des écouteurs dans les oreilles. Toutes ces choses, on peut aussi les faire à deux, oui. Mais ce n’est pas pareil. Ce n’est pas forcément mieux ou moins bien. C’est juste différent. Et puis, j’ai toujours eu besoin de moments à moi. Sans parler, sans avoir envie de parler même, moi la grande bavarde, qui n’est donc plus à une contradiction près.

Et pourtant, vivre à deux, avec lui, m’a paru si facile, évident. Vous savez ces articles, ces anecdotes qu’on lit parfois sur les difficultés à vivre en couple, elles me sont inconnues. On a commencé à partager le quotidien très vite. On s’est rencontrés en juin, on a emménagé ensemble en février. Ça peut sembler rapide, pour nous c’était… évident, naturel. Parce que malgré nos différences, on se ressemble beaucoup. On aime notre indépendance, avoir des moments à nous. Être ensemble, vivre ensemble, faire des projets, partager. Mais tout en gardant aussi des moments à soi. Pour lire. Regarder des séries. Voilà bien une activité que je fais toujours seule, contrairement à ce que je lis sur la toile ou ce que j’entends de beaucoup de couples. C’est simple, j’aime regarder des séries, lui pas du tout. Et finalement, j’aime que cela reste quelque chose à moi, pour moi.  Savoir respecter notre envie d’indépendance, celle s’aménager des moments rien qu’à soi, sans l’autre, c’est ce qui nous rend forts aussi. Soudés. C’est comme ça qu’on aime vivre, ensemble, en partageant tout, mais en faisant aussi des choses chacun pour soi.

Et puis, quand il n’est pas là, comme cette semaine qui vient de s’écouler, il me manque indéniablement quelque chose. Comme cette petite pièce de puzzle qui rendrait l’image complète. Cette semaine, je me suis sentie étrangement fébrile, plus angoissée. Parce que quand il est là, je me sens plus sereine, plus à ma place. C’est étrange, mais, par exemple, j’ai du mal à bien dormir seule désormais. Entendre sa respiration et le savoir à quelques centimètres de moi m’apaise, me rassure. Il est parti depuis à peine une semaine, et oui, il m’a manqué. Même si j’ai aimé avoir l’appartement pour moi pendant ces jours, oui, même si je suis heureuse qu’il ait profité à son tour de sa famille en France. Même si une semaine, c’est rien. Mais oui, il m’a manqué. Il revient demain soir.