Les jolies plumes – (1) Always in my head

« Tu as senti ? Qu’étais-ce ? La foudre »

2d8a7824705ed50308fe0cc7ce81f83e

Tous les matins, c’était le même rituel, les mêmes gestes. Tant répétés qu’ils en étaient devenus automatiques. Le café qui coule dans la cafetière, l’odeur qui embaume l’appartement silencieux. Quelques toasts, une douche bien chaude, un regard envieux sur le chien roulé en boule dans son panier et qui se lèvera au son des clés pour accompagner son maître au pied de la porte. Tous ces gestes répétés, familiers, cette routine si rassurante qui ferait presque oublier la solitude. Qui la rendait plus supportable, paradoxalement sans doute. Les jours s’enchaînent les uns après les autres, semblables dans leurs grands traits et différents dans leurs petits détails. Le temps s’égrène, il se laisse porter par la vague si rassurante du quotidien.

Tous les jours depuis une semaine, il passait devant ce café qui venait d’ouvrir ses portes. Une de ces chaînes venues d’Outre-Atlantique qui poussait comme des champignons dans les villes, proposant un choix quasi-vertigineux de boissons chaudes, de beignets. Cette nuit-là, il avait mal dormi, réveillé par une angoisse sourde qu’il n’arrivait pas à s’expliquer en détail. « Un deuxième café ne me fera pas de mal », songea-t-il.

Le café était presque vide à cette heure matinale, et il s’avança d’un pas hésitant vers le comptoir. Que prendre ? Comme souvent, les choix les plus simples lui apparaissaient les plus difficiles. Il y avait une personne devant lui, un étudiant vêtu d’un slim et d’une paire de converses, des écouteurs démesurément grands autour du cou avec de la musique électronique qui s’en détachait.

Et puis, l’espace d’une fraction de seconde, il ne sut jamais pourquoi, il ressentit le besoin irrépressible de se retourner.

Dans un coin du café, près de la baie vitrée, elle était là. Absorbée par son livre, un latte grand format posé devant elle, un muffin à peine entamé. De temps en temps, elle remettait ses cheveux bruns derrière son oreille. De ce geste était né son coup de foudre pour cette inconnue. Il se retrouva à bout de souffle. Son cœur battait la chamade. Plus tard, il aurait conscience du caractère cliché de sa réaction. Mais c’était ainsi. Il ne pouvait pas le nier. Comme un héros de ces comédies romantiques qu’il trouvait si ridicule, il avait été frappé par la foudre.

Il cligna des yeux, respira. Et ne put détacher son regard d’elle. Il se dit qu’elle avait le plus beau visage qui soit. Il s’en dégageait tant de douceur. Elle était toujours absorbée par sa lecture. Lui, perdu dans ses pensées n’avait pas remarqué que le vendeur du café l’attendait pour prendre sa commande. Son café à la main, il s’assit volontairement à l’autre bout du café, dans un coin isolé. Il voulait l’observer, discrètement. De temps en temps, il se forçait à consulter son téléphone, pour se donner une contenance, se protéger. Il rit intérieurement. « Je ferais un bien piètre détective ».

Il sursauta. Elle se levait, son gobelet de café à la main, après avoir consulté sa montre. Elle mit son livre dans un grand sac en cuir caramel qu’elle ajusta sur son épaule et se dirigea vers la porte. Il soupira. Et puis, alors qu’elle avait la main sur la poignée de la porte, elle se retourna vers lui. Lui sourit. Et s’engouffra par la porte.

Dans ce sourire, il y avait tout. L’espoir, la curiosité, le doute, l’envie, la peur, l’attente. Dans son regard, dans ses yeux marrons étincelants, tout lui apparut.

Des images saccadées. Elle, lui. Un premier baiser dans une ruelle pavée après le restaurant. Leurs mains entrelacées, toujours. Leurs rires qui résonnaient. L’odeur de sa peau quand il l’embrassait dans le cou. Des cartons. Des promenades le dimanche. La sérénité, le bonheur, l’impression d’être enfin à sa place. Leur vie à deux, si simple, si évidente. Il sut alors que c’était elle, que c’était eux et cette évidence s’imposa à lui en cet instant.

Il se leva brusquement, et se lança à sa poursuite. Elle était là, dans la rue, marchant d’un pas pressé. Il souffla, sûr de lui, et lui tapa sur l’épaule. Elle se retourna, et lui sourit.

¤¤¤¤

Il y a quelques semaines, Miss Blemish et Fabienne ont lancé cette jolie idée, celle de créer un atelier d’écriture de blogueuses. L’idée ? Un thème, un mois, et à notre plume de jouer ! Nous voici donc au premier rendez-vous et voici ma contribution… Pour suivre l’actualité des Jolies Plumes, ça se passe par

¤¤¤¤

Les autres jolies plumes : XelouLisaMademoiselle CoquelicotZouRose I feel blueIllyriaMa vie de bruneCarnet positif

0

11 comments on “Les jolies plumes – (1) Always in my head

  1. « Il avait été frappé par la foudre » <3
    J'adore ton texte. Il donne envie de se lancer pour tenter sa chance et avoir cette "vie à deux, si simple, si évidente".

  2. Quel texte ! Tu m’as transportée, j’étais dans ce café, je tremblais avec lui, j’imaginais les cartons comme lui, la vie à deux, l’avenir. C’est beau… merci <3
    Bises

  3. Il est doux ce texte. Je suis partie avec toi dans ce café, et j’ai souri. J’aime beaucoup cette petite incursion que tu as fait dans leur futur. Comme quoi dans la vie, il faut saisir sa chance, sinon on passerait à côté de belles, très belles choses.

  4. Je fais une réponse générale, ne m’en voulez pas, je n’avais pas envie de me répéter 😉
    Alors MERCI <3 à tous pour vos <3, vos jolis mots, vos compliments, vos commentaires, ils me touchent beaucoup. Je suis très heureuse de m'être lancée dans l'aventure des jolies plumes qui m'a permis de découvrir beaucoup de blogs que j'aime beaucoup et de jolies blogueuses 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *