City girl ?

33b47d844cc999cbaff2e31bfd23d102

Il y a quelques mois, l’idée de partir de la ville pour m’installer au vert m’angoissait un peu. Et pourtant je ne savais pas que j’allais y trouver un nouvel équilibre, que je me sentirais plus apaisée. Et surtout, plus à ma place.

Moi qui me pensais fleur de bitume, je n’en suis plus si sûre aujourd’hui.

Oui, j’aime les balades en ville, les cafés en terrasse, les Starbucks, le shopping, Londres et Paris. Je rêve toujours de New York. La foule, les rues, le bitume, les magasins, le bruit. Mais pas pour y faire ma vie finalement. Laisser la campagne pour quelques jours ou une escapade parisienne d’une journée, et arpenter les rues, les magasins, les monuments est une perspective qui me fait tout autant sourire qu’avant.

J’aime le calme, le bruit des oiseaux, la nature. Pouvoir aller faire des balades à vélo ou à pied à peine sortie de la maison. Arpenter les chemins et se sentir presque comme Elisabeth Bennet arpentant l’Hertfordshire. J’ai envie d’un jardin, de planter des fleurs. De me mettre dans une chaise longue sous un arbre et de lire au soleil. J’ai envie, j’ai besoin d’air pur. De calme. Tout en sachant que la ville est là, tout près si j’ai envie de bruit et de foule. Le compromis idéal au final : la campagne avec la grande ville à une demi-heure en voiture. Et la chance, que je savoure totalement, d’être à deux pas de son travail et qui m’offre une véritable qualité de vie.

 

Ce choix, je ne l’aurais pas fait seule. La ville était idéale quand je vivais sans lui et j’ai une tendresse nostalgique quand je repense à ma vie d’avant, les promenades sur le bitume et les moka dégustés en regardant les vitrines. Rien ne m’empêche, de temps en temps, de retrouver ces plaisirs-là et de renouer avec ma ville et mes habitudes. Et de savourer encore davantage ces moments-là. Tout en sachant nettement que ma vie est ailleurs désormais. J’ai peut-être grandi, sans doute changé, voire mûri, vieilli certainement aussi. Quand j’imagine parfois avoir un enfant, je me dis que j’ai envie qu’il ou elle grandisse au vert et j’entends presque déjà ses rires dans le jardin.

Quand j’ai commencé à penser à cette note, j’étais en train de faire du vélo, savourant le moment d’évasion et de calme. Et je me suis rappelée, un brin nostalgique, d’une série que j’avais adoré il y a quelques années et dont seules deux ou trois lectrices vont se souvenir. Les filles, vous vous rappelez de Men In Trees ? Cette série rafraîchissante, drôle et attachante qui nous emmenait à Elmo, une petite ville d’Alaska avec Anne Heche et surtout James Tupper dans le rôle du très sexy Jack ? Quel rapport avec ma note vous me direz ? Eh bien, au début de la série, Marin (Anne Heche) est une citadine new-yorkaise pur jus qui se retrouve, par un concours de circonstances, à s’installer à la campagne, en Alaska et qui y trouve un nouvel équilibre, se (re)construit (et tombe amoureuse). Je me suis un peu retrouvée en Marin, savourant ma nouvelle vie au calme, admirant la beauté de la nature.

0

14 comments on “City girl ?

  1. J’aimerai être comme toi… Mais l’exil en banlieue, pour le moment, me coûte cher au moral. Bon, on a pas choisi la meilleure ville non plus, mais Paris et son bruit me manquent…

    1. Je comprends que Paris puisse te manquer aussi 🙂 J’aurais bien aimé vivre à Paris parfois, mais pour y avoir un confort certain, il faut avoir des moyens que je n’ai pas forcément donc… 😉 Après tout est une question de choix, de moments aussi 😉

  2. C’est drôle, je suis allée à la grande ville hier, j’ai adoré y flâner, mais j’ai été ravie de rentrer chez moi et d’entendre les oiseaux 🙂 Bon, je n’ai jamais été une vraie citadine, je ne supporte pas tellement le bruit (peut être lié au fait que je suis au coeur du bruit toute la journée au travail…), et la circulation et le stress occasionné par la ville m’angoisse terriblement. J’ai besoin de calme, de séreinité, avec cette possibilité de retrouver la foule quand j’en ai envie 🙂

  3. C’est drôle, moi je ne pourrais vraiment pas. J’apprécie la campagne le week-end, quelques jours, quand je vais chez mes parents, mais m’imaginer retourner y vivre (j’y ai vécu 17 ans tout de même), avec l’inconvénient de dépendre en permanence d’une voiture, c’est niet. J’aime trop Paris pour le quitter maintenant…
    Mais je suis contente pour toi que tu t’y plaises !

    1. C’est clair que la dépendance à la voiture est un peu le point noir de tout ça, mais au final, comme j’aime bien conduire, ça va ! Et puis, j’ai des commerces à 5 minutes à pieds aussi donc…

  4. Ce que je pouvais aimer cette série… 🙂 Tu sais que j’ai failli aller en Alaska ? Malheureusement, mes vacances étaient quelques semaines trop tôt (par rapport à l’ouverture des parcs et des circuits/guides).
    Je suis heureuse que tu te sentes bien dans ton nouvel environnement, c’est vraiment important.
    On a vraiment envie de vert de notre côté (donc on n’habitera pas en ville non plus) mais cette année nous a prouvé qu’il y avait une distance « maximale » à ne pas dépasser pour retrouver la culture/les magasins pratiques ^^. Une heure c’est bien trop long. Mais aux US j’habitais effectivement à la campagne, dans les bois, à une demi-heure de Boston, et c’était effectivement très appréciable :).
    Continue de profiter ! 🙂

    1. Je savais que tu allais t’en souvenir 😉 Moi aussi j’avais tellement envie d’Alaska (d’ailleurs toujours un peu en fait). Je suis tout à fait d’accord avec toi sur l’importance de la distance. 30 minutes c’est le pied ! J’espère que vous aller trouver votre bonheur 😉

  5. oh comme je te comprends… j’ai quitté Paris pour vivre entre Montréal et un petit village du Vermont! Le Vermont c’est vert avec de jolies collines. Les activités extérieures sont innombrables!!! J’adore ça 😀

  6. Je me pose beaucoup de questions en ce moment sur ce sujet. Je n’arrive pas à savoir ce que je préfèrerai. Tout ce que je sais c’est que mon cadre de vie en ce moment ne me convient pas. Malheureusement je ne peux pas en changer si facilement.

    1. Tout est une question de choix en fait je crois, c’est clair que si tu « subis » ton lieu d’habitation, c’est toujours délicat. Tu ne peux pas revenir en Normandie pour le moment ?

  7. J’aime beaucoup cet article, et tu sais que ça me parle, j’ai déjà évoqué cette question plusieurs fois aussi. Avec toujours autant de difficultés à y répondre. Je suis heureuse que tu saches, toi, où est ton bonheur, et que tu sois capable de prendre une décision comme celle-là. On sent, à travers ton billet, ta sérénité vis-à-vis de ce choix de vie, et cette certitude est apaisante, pour toi comme pour nous qui te lisons je pense.
    Pour ma part, j’hésite encore toujours, mais je crois que je balance plus en faveur de la vie en ville, avec la possibilité d’accéder rapidement à la nature. J’adore Lyon pour cela, pour sa proximité avec les montagne, avec l’Ardèche et ses Gorges, avec la Drôme et ses balades ensoleillées, avec le Beaujolais, la Bourgogne, toutes ces campagnes luxuriantes, à deux pas de la très grande ville qui bouge.
    Je crois que j’ai trouvé mon équilibre en ville, mais le seul point noir qui subsiste est la question des enfants : ai-je vraiment envie d’élever mes futurs kids dans le bruit, l’agitation, le bitume…?
    On verra tout cela en temps voulu. En attendant, je profite, tu profites, on est heureuses et c’est le principal non? 🙂
    Grosses bises ma Lizzie!

    1. J’ai beaucoup pensé à toi en écrivant cette note à vrai dire… 🙂 Tu as raison, être heureuse, c’est bien le principal. 🙂 Et je le suis… (et toi aussi ;))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *