La distance

4668a2e8c9a2916914e0974e8fe32df6

Tu sais, au début, tu m’effrayais. J’ai cru, ou, plutôt, j’ai craint que tu allais prendre le dessus sur moi. Je sais que tu fais peur à certains et j’avoue en avoir fait partie. Et puis, j’ai appris à t’apprivoiser. On a appris à vivre ensemble, toi, lui, moi. Je ne dis pas que tout est gagné, je n’ai pas cette prétention. Ni celle de pouvoir dire que je te connais dans tes moindres détails et recoins parfois sombres, que je sais vivre avec toutes tes facettes. Je n’ai pas la prétention de donner des conseils, ni même pire, des leçons. On a fait un peu plus de la moitié du chemin, toi, moi, lui, nous. On a passé le plus dur, non ? Les mois d’hiver, la nuit qui tombe trop tôt, la solitude abrupte, le silence lourd dans l’appartement qui paraît trop grand. Et puis, lui, dans ce pays totalement inconnu, seul, mais si fort, si confiant. L’habitude s’est installée. Le retour à une routine à la fois familière, mais différente.

Se dire qu’on est pas les seuls à vivre cette relation à tant de kilomètres de distance, et qu’on a de la chance. Je pense à ce couple d’amis qui vit depuis plusieurs années entre Paris et Lyon, qui se voit le week-end, à leurs projets mis en pause. Notre chance, nous, c’est de savoir que cette séparation est temporaire, que, dans trois mois, elle fera partie de notre histoire. Une nouvelle étape franchie. Qui nous aura rendus plus forts.

Parce que oui, tu vois, tu nous as encore plus rapprochés l’un de l’autre. On avait sans doute pas besoin de ça pour savoir qu’on s’aime, oui. Et pourtant, se manquer nous prouve que notre relation est solide, vraiment solide. Que sans lui, il me manque quelque chose, cette partie de moi qui fait que je ne suis pas tout à fait moi sans lui. Il est mon équilibre.

Parfois, tu te fais plus présente, plus pesante.  Dans ces moments là, il me manque plus que d’habitude. Ça vient comme ça, sans raison. Comme une bouffée de manque qui m’envahit et me met les larmes aux yeux. Je me promène au bord de l’eau et il me manque. Le lit me paraît vide et froid, et je guette sa respiration. Parfois, j’ai l’impression d’entendre ses pas dans l’escalier. Je compte les jours jusqu’à nos prochaines retrouvailles, et il me manque. Alors, dans ces moments là, je me raccroche au positif, aux jolis moments passés et à venir, je me raccroche à son sourire et à nos projets. A sa confiance inébranlable en moi, à ses mimiques pour me faire rire. A ses déclarations spontanées, touchantes, qui chavirent le cœur.

Et puis, je souris en pensant à cette sensation incroyable quand on se retrouve, la joie inexplicable des retrouvailles, comme si le cœur allait exploser et qu’on se jette dans les bras l’un de l’autre. Comme si on s’était quittés la veille, comme si tu n’existais pas, comme si tu n’avais pas d’importance, de prise sur nous. Et puis, avec toi, lui si pudique parfois, se fait souvent plus démonstratif dans ce qu’il ressent. Tu m’auras fait avancer, mûrir. Tu m’apprends à être plus sûre de moi et de nous.

Et ta fin qui s’approche, à la fois si lentement et si vite.

0

15 comments on “La distance

  1. Touchant …
    Personnellement, je ne me vois pas vivre avec mon homme pour le moment, j’ai encore besoin de ces moments seule, mais j’ai toujours été une solitaire donc … & puis j’aime ces heures où l’on se voit 1 ou 2 fois par semaine, parfois plus quand les vacances correspondent. Pour moi ces heures là sont bien plus que 60min et on passe à la suivante.

    Quant à mes amis, cela fait un moment que nous composons avec la distance spatiale et celle temporelle, mais quand nous réussissons à nous voir, c’est comme si nous nous étions quittés la veille …

    1. Merci… 🙂
      C’est amusant comme on a tous des envies, des souhaits différents pour la vie à deux. Je n’imagine pas ne pas vivre au quotidien avec mon amoureux, se voir une à deux fois par semaine, je crois que j’aurais vraiment du mal.

  2. Forcément touchée par ton texte.
    Perso plus que trois semaines avant d' »expérimenter » la relation à distance. Je sais pas si j’en suis capable mais ce que je sais, c’est que j’essaierai fort, ça vaut trop le coup 🙂
    Bonne attente à toi, plus que trois mois et nouveau lieu pour nouvelle vie

    1. Oui je pensais à toi justement aussi… 😉 j’espère que votre relation saura s’épanouir malgré la distance. Si tu as besoin d’en parler, tu sais où me joindre 😉 La distance a été difficile au début, mais je m’estime chanceuse car nous savions dès le départ que cela ne serait que temporaire.
      J’ai beaucoup d’admiration pour les couples qui vivent ainsi sur la durée (exemple ultime, un ancien collègue de Darcy est depuis près de 10 ans avec une espagnole, ils se voient en moyenne tous les quinze jours mais malgré tout…).

  3. Tu écris bien ! Depuis que je te lis j’ai l’impression de vivre ta parfois solitude au quotidien, et voilà que j’ai hâte pour toi que s’achèvent ces petits mois restants ! Puis j’admire beaucoup ta faculté à transformer ces émotions en petits textes ciselés, je crois que la distance m’aurait rendue muette.

  4. Tes billets sont toujours très plaisants à lire. Et forcément, celui-ci résonne particulièrement..! 9 mois de distance avec mon amoureux, et 10 000 km pour nous séparer. On n’a pu se voir qu’une seule fois pendant tout ce temps. Ce n’était pas toujours facile mais ce que je sais,c’est qu’aujourd’hui on est encore plus forts qu’avant et encore plus « complices ». Mais c’est une situation que je ne revivrai pour rien au monde! Courage en tout cas! Votre séparation va bientôt prendre fin. 🙂 Hâte de lire vos aventures chez les Hélvètes! (Mange de la double-crème de Gruyères pour moi, avec des meringues, j’en ai encore la bave aux lèvres tellement c’était bon!)

    1. Merci 🙂 10 000 km, chapeau ! On est privilégiés, on arrive à se voir toutes les trois / quatre semaines en moyenne et j’ai l’immense chance d’avoir les vacances scolaires aussi 😉
      J’ai aussi l’impression que ça a renforcé notre relation 😉
      (et je note la suggestion !! ceci dit, j’ai l’impression que dans notre côté de la Suisse – près de l’Allemagne, on a du mal à trouver du gruyère ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *