Les (petits) plaisirs #3

Le silence a pris le pas sur les mots. Il y a eu le manque d’envie, le manque de temps, le départ, la solitude, les petits coups de blues, le travail qui prend trop d’énergie, le manque d’inspiration. Un peu tout ça à la fois.

J’avais besoin aussi de cette distance, de me retrouver un peu, de m’habituer à cette vie si différente qui sera la mienne durant ces quelques mois. Arrêter de voir le négatif, la distance, le manque, sécher ses larmes, et se concentrer sur le positif. Agir, faire des projets, poser des jalons pour après. Et essayer de renouer avec la joie des petits bonheurs simples, mais si essentiels.

0aae3f28a66adada4e48c09eb0e06538

¤ Savourer la perspective d’une journée à la maison après une semaine encore bien chargée, et renouer avec le plaisir de laisser ses doigts courir sur le clavier.

¤ Étrenner une belle robe de chez Comptoir des Cotonniers, l’assortir avec les merveilles que sont mes bottines Sézane et se sentir jolie.

¤ Le retrouver chaque soir grâce à la magie de Skype, se raconter nos journées, rire, se dire qu’on a hâte de se revoir, voir qu’il est déjà épanoui dans sa nouvelle aventure professionnelle. L’écouter parler de notre appartement, des balades qu’on pourra faire quand je serais là bas, de cette association d’expat’ qu’il a trouvé.

¤ Compter les jours sur le calendrier avant de le retrouver. Dans un peu plus d’une semaine. Mesurer la chance qui s’offre à nous de pouvoir passer mes deux semaines de vacances ensemble, en France. Savourer l’idée de changer d’air, de se retrouver dans sa famille afin de fêter la nouvelle année avec la mienne. Quinze jours de parenthèse, de partage, de repos.

¤ Faire un peu de cuisine, se réchauffer avec une bonne soupe maison, une gourmandise avec un gâteau dégusté un thé bien chaud en revenant du travail.

¤ Les élèves adorables, qui ont plaisir à venir en cours et qui le disent. Cette classe, difficile, nombreuse, bruyante, peu travailleuse, si peu motivée au début de l’année qui change, doucement, lentement, peu à peu. Sentir qu’on a réussi à en accrocher certains, qui participent, posent des questions, rabrouent une de leurs camarades qui prend un malin plaisir à perturber chaque cours. Se lancer un défi, celui de les réconcilier un peu avec ce système scolaire qu’ils détestent, dans lequel ils ne sentent pas à leur place.

¤ Ouvrir son casier en salle des profs et y trouver une friandise avec un mot adorable d’un collègue. Les copines du boulot toujours là, présentes, adorables. Avoir hâte de se retrouver au restaurant dans les prochains jours.

¤ Se trémousser devant le nouvel clip de la bombe HollySiz. Ecouter en boucle le live de Coldplay. Se sentir remuée par ce clip si touchant, si poétique.

¤ Et vous, vos commentaires, vos pensées, les échanges.

0

12 comments on “Les (petits) plaisirs #3

  1. Je te l’ai déjà dit en commentaire par chez moi mais… je t’envoie plein plein plein de pensées, d’ondes positives, de courage et de soutien. Moi qui ai les larmes aux yeux à la moindre absence de quelques jours seulement… je te comprends !
    Et ces petits plaisirs sont toujours aussi doux à lire 🙂
    Bises

  2. Je me retrouve dans ces journées ou il fait bon d’avoir la soirée rien qu’à soit, à ne rien faire, ou juste ce dont on a envie. Je trouve que cela fait du bien de se retrouver avec soi-meme des fois, pour mieux se connaitre aussi. J’aime tes petits plaisirs, j’aime la douceur, et j’aime que tu t’appropries cette « nouvelle » vie 🙂

  3. C’est génial ce défi que tu te lances face à cette classe, tu as tellement raison. c’est ce genre d’objectif fou qui me fait aimer notre métier, et c’est les microcospiques progressions de ces classes pénibles qui font tout l’intérêt de notre vocation… (même si, Mon dieu que c’est usant parfois).
    Tu as du courage et du mérite, pour entretenir avec autant de foi et de patience votre belle relation à distance. Tu as raison, il faut y croire sinon, qui le fera à votre place?
    Robinson et moi avons été souvent séparés par la distance et le temps, parfois on cesse d’y croire et c’est normal, il ne faut pas paniquer. Si on le veut, les choses se feront selon notre volonté. En tous cas celles là. Il faut se battre. Et construire, toujours.
    Allez, plus qu’une semaine et c’est la libération les vacances!!!! Hâte!
    Je suis contente qu’on revienne (un peu) en même temps! Soeurs de blog ah ah.
    Je t’embrasse ma Lizzie!

    ps: par contre, on veut la photo de cette robe sublime et de ces tueries de bottines!!!!

  4. J’aime ce positivisme !! Et ce que tu dis sur ce métier… C’est ce qui donne envie de se lever le matin, et la façon dont les élèves nous rendent ce que nous faisons. Maintenant, mes élèves commencent à déchiffrer de plus en plus de phrases… C’est assez émouvant !

  5. J’aime décidément beaucoup ces petits billets, je finis toujours de les lire avec le sourire aux lèvres. J’espère que tu passes de belles vacances et bien évidemment, on veut voir la photo de ta jolie tenue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *