Une semaine (sans lui)

heart_of_the_sun_by_cloud_room

J’ai longtemps vécu seule. Et j’ai aimé ça, oui. Pas tout le temps, ni tous les jours. Mais, j’ai aussi aimé ces années là. Je ne sais pas si ça vient de mon caractère, du fait que je sois enfant unique aussi peut-être. J’ai aimé la liberté de pouvoir faire ce que je voulais, de pouvoir passer la journée en pyjama à regarder des séries, d’aller marcher avec des écouteurs dans les oreilles. Toutes ces choses, on peut aussi les faire à deux, oui. Mais ce n’est pas pareil. Ce n’est pas forcément mieux ou moins bien. C’est juste différent. Et puis, j’ai toujours eu besoin de moments à moi. Sans parler, sans avoir envie de parler même, moi la grande bavarde, qui n’est donc plus à une contradiction près.

Et pourtant, vivre à deux, avec lui, m’a paru si facile, évident. Vous savez ces articles, ces anecdotes qu’on lit parfois sur les difficultés à vivre en couple, elles me sont inconnues. On a commencé à partager le quotidien très vite. On s’est rencontrés en juin, on a emménagé ensemble en février. Ça peut sembler rapide, pour nous c’était… évident, naturel. Parce que malgré nos différences, on se ressemble beaucoup. On aime notre indépendance, avoir des moments à nous. Être ensemble, vivre ensemble, faire des projets, partager. Mais tout en gardant aussi des moments à soi. Pour lire. Regarder des séries. Voilà bien une activité que je fais toujours seule, contrairement à ce que je lis sur la toile ou ce que j’entends de beaucoup de couples. C’est simple, j’aime regarder des séries, lui pas du tout. Et finalement, j’aime que cela reste quelque chose à moi, pour moi.  Savoir respecter notre envie d’indépendance, celle s’aménager des moments rien qu’à soi, sans l’autre, c’est ce qui nous rend forts aussi. Soudés. C’est comme ça qu’on aime vivre, ensemble, en partageant tout, mais en faisant aussi des choses chacun pour soi.

Et puis, quand il n’est pas là, comme cette semaine qui vient de s’écouler, il me manque indéniablement quelque chose. Comme cette petite pièce de puzzle qui rendrait l’image complète. Cette semaine, je me suis sentie étrangement fébrile, plus angoissée. Parce que quand il est là, je me sens plus sereine, plus à ma place. C’est étrange, mais, par exemple, j’ai du mal à bien dormir seule désormais. Entendre sa respiration et le savoir à quelques centimètres de moi m’apaise, me rassure. Il est parti depuis à peine une semaine, et oui, il m’a manqué. Même si j’ai aimé avoir l’appartement pour moi pendant ces jours, oui, même si je suis heureuse qu’il ait profité à son tour de sa famille en France. Même si une semaine, c’est rien. Mais oui, il m’a manqué. Il revient demain soir.

1

10 comments on “Une semaine (sans lui)

  1. Je comprend ta contradiction d’aimer parler et de vouloir des moments seule sans avoir à parler je suis pareille que toi 🙂 Et quand on aime d’un amour profond, sincère , c’est dur d’être séparé, même pour une semaine. Il manque cette présence, cette pièce du puzzle comme tu dis qui vient faire l’équilibre dans la vie. Son absence va bientôt prendre fin la belle 🙂 grosses bises

    1. (oups j’avais totalement oublié de vous répondre)

      Tu as tout bien dit, les contradictions, l’absence, l’amour vrai.
      Merci de ton commentaire. 🙂

  2. Comme je te comprends ! Mon homme et moi, on fait plein de choses séparément… mais dans la même maison, voire dans la même pièce. Et une semaine sans lui, même si ça n’est pas arrivé depuis longtemps, je trouve ça loooong 🙂
    Profite bien de vos retrouvailles !

    1. Ah ah ça fait plaisir de savoir que je ne suis pas seule ^^ C’est le charme de la vie de couple je pense, pouvoir faire ce qu’on aime avec quelqu’un à ses côtés, cette présence rassurante, chaleureuse.
      Nous avons été séparés pendant neuf mois l’an dernier, en se voyant toutes les six semaines environ (et sur Skype chaque soir ^^) et pourtant, maintenant, ça me fait drôle quand on passe une semaine sans se voir !

  3. Coucou,

    C’est très touchant que tu ose avouer ton manque pour l’élu de ton cœur ici!
    Je suis un peu dans la même situation que toi, sauf que pour moi la séparation n’a pas durée qu’une semaine!
    Il avait des affaires à régler qui ont pris plus de temps que prévu. Cela va faire trois mois et dans 10 jours (je les comptes) on sera à nouveau réunis. Bien entendu on s’est vu entre temps, mais au quotidien c’est pas toujours évident de gérer ce manque, même si en parallèle on apprécie aussi être un peu seule 🙂

  4. Ça a l’air si facile à te lire ! J’ai vécu quelques mois avec mon copain, chouette expérience mais fatigante. J’ai hâte de la retenter et de voir, si c’est plus facile avec plus de maturité ! en tout cas, tu as de la chance de vivre ça 🙂

    1. A vrai dire, oui, ça me semble facile à moi. Mais je pense aussi que c’est une question d’âge, de moments. Et puis, aussi de caractères. Je suis quelqu’un qui s’adapte assez facilement, les concessions ne me sont pas difficiles, ce qui rend sans doute la vie de couple plus aisée. 😉 Je mesure ma chance chaque jour tu peux en être sûre ! Je te souhaite beaucoup de bonheur aussi. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *